Sommaire

Savoir repérer les symptômes de l'anorexie.

L'anorexie est un trouble du comportement alimentaire qui se traduit par un refus de se nourrir, provoqué par :

Il est important de connaître les symptômes de l'anorexie pour mieux la soigner.

 
Lire l'article Ooreka

Symptômes d'anorexie : 4 critères associés

Le diagnostic d'anorexie mentale repose sur quatre critères universellement admis.

Il faut souvent plusieurs semaines ou quelques mois pour mettre en évidence des symptômes que l'anorexique s'évertue à nier, à dissimuler ou à justifier par d'autres raisons.

1 : Le refus de maintenir un poids corporel normal

Le poids corporel normal se calcule en fonction de l'âge (courbes de croissance) et de la taille.

La mesure la plus courante est l'Indice de masse corporelle que l'on obtient en divisant le poids en kilos par le carré de la taille en mètres (IMC = P/T2) :

  • un IMC inférieur à 18,5 traduit déjà une maigreur ;
  • un IMC inférieur à 17,5 est inquiétant et peut traduire une anorexie.

Une autre référence possible est le maintien du poids à moins de 85 % du poids attendu en fonction de la taille selon les tables statistiques.

2 : La peur de prendre du poids

Non seulement l'anorexique refuse de prendre du poids, mais elle en a une peur intense.

Ce qui la conduit à se peser pratiquement après chaque repas pour vérifier qu'elle ne dépasse pas l'objectif qu'elle s'est arbitrairement fixé.

Toute prise de poids déclenche de multiples réactions d'anxiété ou de colère.

3 : L'altération des perceptions de soi

L'anorexique a une perception très déformée de son propre corps : elle se voit encore grosse quand elle est déjà très maigre.

Le moindre îlot de graisse sous-cutanée qu'elle peut repérer, au niveau des cuisses ou des hanches le plus souvent, lui est intolérable, car il lui apparaît monstrueux.

L'anorexique nie totalement une maigreur qui effraie son entourage.

Cette différence aggrave peu à peu l'incompréhension entre l'anorexique et ses proches.

4 : L'arrêt des règles pendant 3 cycles au moins

Le dernier critère de l'anorexie est l'arrêt des règles (aménorrhée) :

  • pendant au moins trois cycles consécutifs,
  • et en l'absence de traitement ou de grossesse chez l'adolescente ou la jeune femme pubère.

Cet arrêt des règles serait lié à la fonte majeure de la masse grasse et à l'effondrement de sécrétion de l'hormone du tissu adipeux, la leptine, qui participe à la régulation menstruelle.

Lire l'article Ooreka

L'anorexie restrictive : peu de repas et beaucoup de sport

L'anorexie restrictive est l'une des deux formes de l'anorexie, avec l'anorexie-boulimie.

Elle associe une restriction alimentaire et un exercice physique excessif.

La restriction alimentaire de ce type d'anorexie

La restriction alimentaire porte sur :

  • la quantité d'aliments : repas limités à un seul plat, portions minuscules, parfois remplacées par un sachet de protéines dissoutes dans un peu d'eau ;
  • la qualité énergétique des aliments :
    • suppression de toutes les graisses et des aliments gras ou sucrés, des féculents et farineux, des boissons caloriques,
    • au profit de quelques légumes ou salades, de fruits peu sucrés, de yaourts maigres ou de produits dits allégés.

Des subterfuges pour déjouer la vigilance des proches

Pour mettre en place cette restriction sans inquiéter l'entourage, l'anorexique multiplie les subterfuges pour éviter le repas en famille :

  • travail scolaire toujours urgent,
  • activités sportives ou culturelles à l'extérieur aux heures de repas,
  • mensonges sur l'abondance des repas pris au restaurant scolaire par exemple.

Une activité physique importante ou intense

L'activité physique est largement supérieure à la moyenne, voire intense :

  • plusieurs heures de jogging, de natation, de sport en salle (de type fitness ou séances d'abdominaux) ou de danse par jour sont habituelles ;
  • l'objectif : éliminer un maximum de calories et de graisse.

Anorexie boulimie : crise puis vomissement volontaire

Près de la moitié des anorexiques présentent des crises incontrôlables de boulimie.

Pendant ces crises, elles ingurgitent en un temps limité (généralement moins de 2 heures) tout ce qu'elles trouvent à avaler.

Chaque crise déclenche un puissant sentiment de culpabilité et de faiblesse devant l'appétit.

L'anorexique tente de compenser par :

  • des vomissements provoqués ;
  • la prise de laxatifs et de diurétiques ;
  • des efforts physiques encore plus intenses que d'habitude.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Symptômes & conséquences

Sommaire

Comment se manifeste l'anorexie ?

Troubles associés Signes de l'anorexie

Quelles sont les conséquences de l'anorexie ?

Conséquences de l'anorexie

Ces pros peuvent vous aider